30/07/2012

.

POLOGNE : REJET D’UN PARTENARIAT POUR LES COUPLES HOMOSEXUELS PAR LE PARLEMENT

 

L’Eglise catholique polonaise a salué le refus par le parlement d’un projet de la gauche en faveur d’un partenariat enregistré pour les couples homosexuels. La majorité des députés ont ainsi défendu "la dignité du mariage et de la famille", s’est félicité le président de la commission de la famille de la Conférence des évêques, Mgr Kazimierz Gorny, dans une lettre à la présidente de la chambre basse du parlement.

 

Le parlement polonais a refusé à une majorité des trois quarts une proposition de loi en faveur du partenariat homosexuel déposée par l’opposition de gauche. Les partis de la coalition gouvernementale conservatrice-libérale ainsi que l’opposition conservatrice ont argumenté leur non en se basant sur le droit constitutionnel. Le mouvement "Palikot" et les sociaux-démocrates voulaient un partenariat enregistré avec des droits étendus pour les couples hétérosexuels et homosexuels.

 

Cependant, le parti du Premier ministre Donald Tusk a annoncé qu’il préparait pour septembre une autre proposition de loi pour un partenariat enregistré. Selon les médias polonais, ce projet n’a pas suscité d’opposition au sein de son groupe parlementaire et pourrait ainsi rencontrer l’approbation d’une majorité des députés. Plus restrictif que celui de la gauche, il prévoit un droit d’héritage, mais pas d’avantages fiscaux liés à un système de splitting. Il envisage aussi un devoir d’entretien en cas de séparation. Ce partenariat serait ouvert aux couples hétérosexuels comme aux homosexuels.

 

Selon une étude, les deux-tiers des Polonais sont opposés à un partenariat enregistré pour les couples homosexuels. Ils seraient 23% à soutenir cette proposition. Une majorité des personnes interrogées est néanmoins favorable à un droit d’information du partenaire en cas de maladie, à des déductions fiscales sur le revenu et au droit d’héritage.

 

Jean-Paul II continue manifestement de laisser une marque profonde dans la société polonaise. On imagine ce que pensent les Polonais des couples homosexuels.  Ils les considèrent probablement comme des sous hommes.

 

Il semble qu’une dictature en a remplacé une autre. C’est aussi ce qui arrive à la suite du printemps arabe. Cela me fait penser à une citation de je ne sais plus qui disant que certains esclaves étaient fiers d’être sous le joug d’un grand dictateur. Un paradoxe. A croire qu’une privation de liberté éloigne tout envie d’être libéré.

 

 

 

08:39 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.