21/05/2012

.

UN MONASTERE CHEZ SOI

 

Par un simple formulaire en ligne, le site « monastère invisible » invite les internautes à devenir moines et moniales afin de participer, malgré les distances, à une prière commune. La durée de l’engagement « peut varier selon votre désir, votre appel intérieur et votre disponibilité ».

 

Lorsque sa candidature est acceptée, le nouveau moine reçoit un mot de passe qui lui permet d’accéder aux ressources spirituelles du monastère. Sur le site, animé par la Fraternité sainte Croix, se trouvent notamment les lectures de la messe du jour et les textes de la liturgie des heures.

 

Il y a plus de 30 ans, les éditeurs Alain et Danielle Noël avaient décidé que lorsque « leurs enfants seraient grands, ils entreraient dans une forme de vie monastique, renouant ainsi avec une antique tradition de l’Église ». Ainsi est née, dans une maison du diocèse d’Evry, la Fraternité sainte Croix qui entend promouvoir, par la publication de livres et la prédication de retraites, la spiritualité au quotidien.

 

En un temps où les célibataires se multiplient comme les petits pains, il s’agit là d’une belle idée si ce n’est le fait de devoir être sélectionné.

 

Adresse : http://www.monastere-invisible.com

 

 

 

 

DIALOGUE DIFFICILE ENTRE L’ACADEMIE PONTIFICALE POUR LA VIE ET LA COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE

 

L’Académie pontificale pour la vie a réaffirmé sa volonté d’un dialogue ouvert et constructif avec le monde scientifique, estimant que les récentes « incompréhensions » provoquées par certains événements organisés par l’Académie pontificale pour la vie constituent « une occasion pour examiner et réaffirmer l’identité de ce dicastère ».

 

Depuis quelques mois, l’Académie est secouée par des dissensions internes. Deux événements ont créé la polémique : un séminaire organisé le 24 février sur la question de la gestion de l’infertilité et un congrès sur la recherche sur les cellules souches adultes. Initialement prévu du 25 au 28 avril, celui-ci a finalement été annulé, officiellement en raison d’un nombre d’inscriptions trop faible.

 

Dans sa note publiée le 11 mai sur le site « Vatican Insider », le dicastère réaffirme sa volonté d’un « dialogue ouvert avec le monde scientifique«.

 

La majorité des scientifiques connait les positions tranchées et souvent à sens unique du Vatican dans le domaine scientifique et moral d’où un dialogue de sourd qui perdure depuis des siècles. Par conséquent, une rencontre sert-elle vraiment à quelque chose dès lors que l’Eglise catholique persiste et signe dans de nombreux domaines où elle pense être la seule détentrice de la vérité ? C’est triste à dire pour le catholique que je suis mais dialoguer avec l’Eglise catholique, c’est souvent dialoguer avec un mur.     

 

 

11:14 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.