27/04/2012

.

VATICAN : CREATION D’UNE COMMISSION D’ENQUETE SUR LES FUITES DE DOCUMENTS CONFIDENTIELS

 

Benoît XVI a chargé une commission d'enquête sur les récentes fuites de documents confidentiels provenant du Vatican. Composée de trois cardinaux, cette commission s’est déjà réunie le 24 avril afin d’établir sa méthode et son calendrier. Le pape a nommé au sein de la commission les cardinaux Herranz, Tomko et De Giorgi.

 

Depuis la fin du mois de janvier, plusieurs vagues de fuites de documents confidentiels ont attaqué la réputation du Vatican, telle « l’affaire Viganò », avec la publication de lettres dans lesquelles l’ancien secrétaire du Gouvernorat accusait le Vatican d’être en proie à une mauvaise gestion et l’objet de malversations.

 

Début février, le Saint-Siège a dû rejeter les accusations portées par la presse italienne selon laquelle il n’aurait pas voulu collaborer avec la justice de la Péninsule dans le cadre d’une enquête concernant une affaire de blanchiment d’argent en provenance de l’Institut pour les œuvres de religion.

 

Peu après, un quotidien italien avait publié un document confidentiel à l’intention de Benoît XVI, contenant des informations sur un complot visant à préparer un attentat contre le pape. L’hypothèse a été jugée délirante par le porte-parole du Saint-Siège.

 

La nature humaine étant ce qu’elle plus rien ne m’étonne. Le pire est envisageable même dans les murs du Vatican où le Mal sévit aussi.

 

 

 

 

RECADRAGE DE LA LEADERSHIP CONFERENCE OF WOMEN RELIGIOUS

 

Le Vatican au travers de la Congrégation de la doctrine de la foi a décidé un recadrage de la Leadership Conference of Women Religious (LCWR) qui représente une majorité des ordres religieux féminins américains  dont les positions libérales sur les moeurs s'éloigneraient de celles de l'Eglise. La LCWR compte 1800 délégués pour près de  50 000 religieuses.

Le recadrage consistera à aider les responsables à revoir les statuts du groupe, planifier leurs programmes, réviser les textes liturgiques et examiner l'affiliation du LCWR à d'autres organisations ne partageant pas les objectifs de l'Eglise. Bref, à resserrer les boulons.

La directrice de la communication de la LCWR a déclaré que la direction du mouvement a été choquée par les conclusions de la Congrégation pour la Doctrine de la foi qui reproche aux responsables de la LCWR leur absence de soutien aux enseignements de l'Eglise sur l'ordination des femmes et l'homosexualité. Ouverture ou non, i
l semble que le navire continue à prendre l'eau.

 

 

08:36 Écrit par Daniel

20/04/2012

.

ROME : RETOUR AU BERCAIL DE LA FRATERNITE SAINT-PIE X

 

La Fraternité Saint-Pie-X a envoyé une réponse positive au pape concernant le Préambule doctrinal présenté en septembre 2011. Le texte sera examiné par la Congrégation pour la doctrine de la foi et  soumis ensuite au jugement du Saint-Père.

 

« Cette réponse est différente des précédentes, qui avaient été considérées comme insuffisantes. C’est donc un pas en avant, encourageant », a souligné le P. Lombardi, directeur de la Salle de presse du Saint-Siège, qui rappelle qu’après la rencontre entre Mgr Fellay et le cardinal Levada, le 16 mars dernier, « les réponses données n’avaient pu être considérées comme suffisantes, et appelaient des réflexions plus avant ».

 

« La réponse arrivée hier est différente des précédentes et constitue un pas en avant encourageant », a-t-il insisté tout en relevant qu’« elle contient des demandes ou propositions de précisions sur le texte du Préambule doctrinal proposé à la signature ». « Naturellement, cela appelle un examen, que fera la Congrégation, puis in fine le pape ».

 

« Tant que nous n’avons pas la réponse de la Congrégation et du pape, nous ne pouvons pas considérer que nous avons abouti à un résultat définitif », a insisté le porte-parole du Vatican qui évoque tout de même « un pas en avant ». « D’ici quelques semaines, il devrait y avoir une réponse définitive », a-t-il conclu.

 

Selon le vaticaniste Andrea Tornielli, la réponse de Mgr Fellay serait positive et la FSSPX accepterait le Préambule doctrinal proposé par le Saint-Siège avec « quelques modifications non substantielles ».

 

Si cette information était confirmée, elle marquerait la fin d’une séparation de près de 24 ans et un processus de discussion qui a duré deux ans. Le retour au bercail des lefebvristes constituerait alors un succès pour Benoît XVI qui, depuis le début de son pontificat, aura multiplié les gestes en faveur de cette réconciliation. 

 

La souscription à ce Préambule devrait permettre à la FSSPX d’obtenir une structure juridique sous la forme d’une prélature personnelle comme pour l’Opus dei.

 

Ce Préambule contiendrait en particulier la Profession de foi prononcée par quiconque souhaite assumer une charge exercée au nom de l’Église, selon les critères de la Congrégation pour la doctrine de la foi. Il s’agit du Symbole de Nicée-Constantinople auquel Jean-Paul II, par le motu proprio Ad tuendam fidem, a ajouté en 1988 trois paragraphes sur l’obéissance au magistère de l’Église.

 

Celui qui souscrit à cette professio fidei « adhère aux doctrines qui sont énoncées, soit par le pontife romain, soit par le collège des évêques, lorsqu’ils exercent le magistère authentique, même s’ils n’ont pas l’intention de les proclamer par un acte définitif ».

 

A force de tolérer des exceptions ont va finir par faire de l’Eglise catholique une exception parmi les autres églises. Cette porte ouverte aux lefebvristes est en tout cas un signe clair envoyé aux tièdes de tout bord. 

 

 

 

L’EUCHARISTIE VIA FACEBOOK

 

L’évêque allemand référent des médias, Gebhard Fürst, a réagi dans la lettre « Oecumenische Preekdienst » à propos de l’eucharistie via Facebook.

 

L’évêque estime qu’un tel service ne peut être appelé eucharistie et qu’il ne peut remplacer l’eucharistie. En effet, l’atmosphère qui préside à une eucharistie n’est pas présente sur les services sociaux et les fidèles ne se trouvent pas unis avec d’autres croyants.

 

Début avril, l’Allemagne a connu la première eucharistie catholique via Facebook. Deux ans plus tôt, des services d’évangélisation avaient déjà débuté via ce même réseau social.

 

Selon le prélat allemand, Twitter ne constitue pas une alternative, parce que celui-ci laisse trop peu de place pour la nuance. Cela ne signifie pas pour autant que ces nouveaux medis sociaux n’offrent pas de possibilités pour la communication. A l’Eglise catholique de les utiliser au mieux, afin de communiquer de manière ouverte.

 

Dans quelques années, l’Eglise ne pourra probablement plus faire autrement que de recourir à internet pour accorder les sacrements. 

 

 

 

LE PEUPLE LE PLUS CROYANT AU MONDE

 

A en croire l’étude américaine de l’université de Chicago, intitulée « Croyance au-delà du temps et des pays », 94% des habitants des Philippines affirment avoir toujours été croyants. L’enquête relève aussi les pays où l’on croit le plus en Dieu sont souvent catholiques et souvent en développement. A ceux-ci s’ajoutent les Etats-Unis, Israël et Chypre.

 

Ce constat se base sur des études internationales réalisées dans 30 pays en 1991, 1998 et 2008. En deuxième place du classement figurent les Chiliens (88% de croyants), suivis des habitants des Etats-Unis (81%). 

 

A l’inverse, les pays les plus athées seraient les pays scandinaves et les anciens pays du bloc de l’Est (excepté la Pologne), avec en tête les Allemands de l’ex-RDA dont 59% avouent  « n’avoir jamais cru en Dieu ».

 

Selon les chercheurs de l’université, il apparaît que la croyance en Dieu décline partout sauf en Russie, en Slovénie et en Israël. En revanche, la foi est plus grande chez les personnes plus âgées.

 

En moyenne, 43% des personnes de 68 ans et plus sont certains que Dieu existe, contre 23% des 27 ans et moins. « Les hausses les plus importantes surviennent à 58 ans et plus. Cela laisse penser que la foi est plus forte à l’approche de la mort », commente l’auteur du rapport, Tom W. Smith. Aux Etats-Unis, 54% des jeunes sont certains de l’existence de Dieu, contre 66% pour les plus âgés.

 

On constate aussi que ce sont dans les pays les plus précarisés que l’on croit le plus en Dieu. Es-ce par réconfort ou par intérêt nul ne le sait ? Seul indice, le pape a du rappeler à l’ordre certains pays d’Afrique où le rôle de prêtre était clairement choisi pour obtenir un statut social.

 

En temps de crise économique mondiale, la question se pose toujours de savoir si ce sont les fidèles qui doivent subvenir aux besoins financiers des prêtres ou si ceux-ci doivent recevoir leur salaire de l’Etat comme c’est le cas en Belgique.

 

 

 

09:09 Écrit par Daniel

12/04/2012

.

USA : LES HOMOPHOBES SERAIENT EN REALITE ATTIRES PAR LE MEME SEXE

Une étude de chercheurs issus de trois universités américaines démontre que les personnes homophobes ressentent elles-mêmes en réalité une attirance pour le même sexe, des sentiments refoulés à cause d'une éducation trop sévère.

Les scientifiques ont mené des expériences auprès de 160 étudiants américains et allemands. Ils ont observé que les participants aux parents compréhensifs adoptent généralement une attitude plus saine envers leur orientation sexuelle, tandis que ceux aux parents autoritaires manifestent une grande divergence entre leur identité sexuelle implicite et explicite.

En réaction à leur attirance pour le même sexe, les personnes homophobes adoptent une réaction de déni et de rejet. "Cette étude montre que si vous ressentez une sorte de réaction viscérale envers un groupe marginal, vous devez vous poser la question: Pourquoi?", explique William Ryan de l'Université d'Essex.

Si on s'en doutait un peu, une étude le confirme. L'actualité nous a rappelé il y a quelques mois qu'un pasteur et des députés républicains aux Etats-Unis, particulièrement remontés contre les gays, avaient en fait une vie privée très portée sur le sujet. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences. Chacun a sa part d'ombre.

 

 

09:35 Écrit par Daniel

11/04/2012

.

AUTRICHE : LE CARDINAL SCHONBORN AUTORISE UN GAY A FAIRE PARTIE D’UN CONSEIL PASTORAL MALGRE L’OPPOSITION DE SON CURE 

Florian Stangl a 26 ans, vit à Stützenhofen et partage sa vie avec un compagnon dans le cadre d’une union civile. Malgré son élection à une grande majorité des voix au conseil pastoral de sa paroisse, son curé lui a demandé de renoncer à ce poste et à la communion parce qu’il vit avec un autre homme.

Après avoir déclaré que vivre dans la chasteté ne lui semblait pas réaliste, il a demandé une audience au cardinal Schönborn qui l’a invité avec son compagnon. 

Suite à la rencontre, le cardinal a déclaré : « Il y a beaucoup de membres des conseils pastoraux de paroisse dont le style de vie n’est pas en totale conformité avec les idéaux de l’Église », reconnaissant avoir été très impressionné par leur engagement à vivre une vie de foi.

 

« D’abord, j’ai compris, en discutant avec lui, pourquoi la communauté lui a donné de nombreuses voix, car il est vraiment extrêmement impressionnant de par sa foi. Secundo, je sais que sa manière d’être est problématique au regard des règles, mais je m’en porte garant. Je pense que ce jeune homme est à la bonne place, et je prends sur moi de couvrir l’affaire. ».

 

Il a cependant reconnu qu’une erreur formelle avait été faite, car en théorie, tous les candidats aux conseils pastoraux doivent signer une déclaration dans laquelle ils affirment leur adhésion à la foi et à la discipline de l’Église catholique. Or nulle demande n’avait été faite.

Cette autorisation redonne un peu d’espoir à ceux qui se sentent exclu de l’Eglise catholique du fait de leur homosexualité. D’autre part, que ferait l’Eglise catholique sans les laïcs à l’heure d’une désertion accélérée ? Pas grand-chose. Mieux vaut donc les préserver.

 

 

 

BELGIQUE : L’EVEQUE D’ANVERS ENCOURAGE LA PRETRISE D’HOMMES MARIES

Dans un entretien au journal belge néerlandophone De Standaard, Mgr Bonny évoque la question de l’ordination d’hommes mariés : « Je crois en la valeur du célibat sacerdotal. Je ne la remets pas en question. Dans une société de consommation comme la nôtre, où la sexualité est parfois banalisée, le célibat des prêtres peut revêtir une valeur particulière en tant que signe prophétique. Mais j’aimerais également ordonner prêtre des hommes mariés si c’était possible ».

 

Selon lui, les prêtres mariés peuvent être un enrichissement pour le service pastoral. Il rappelle que l’ordination des hommes mariés existe déjà dans les Églises orientales rattachées à Rome, comme en Ukraine ou en Roumanie. Et que l’Église catholique accepte les hommes mariés qui étaient pasteurs dans l’Église protestante avant de se convertir au catholicisme. 

 

En revanche, il estime que la question de l’ordination de femmes est plus complexe. « Ordonner ou non des hommes mariés, c’est une question de droit canonique. L’ordination de la femme est un dossier aux conséquences théologiques ».

 

En revanche, il estime que « les femmes demandent, à juste titre, plus d’implication. Dans la mesure du possible, j’essaie de nommer des femmes engagées à des postes à responsabilités ».

Il doit probablement aussi savoir qu’au début de l’ère chrétienne des unions entre hommes existaient aussi.

Dans le monastère Sainte-Catherine situé sur le Mont Sinaï une icône représente deux saints chrétiens, Serge et Bacchus, martyrs du 4ème siècle, habillés en vêtements de cérémonie, en train de se marier. Leur «pronubus» (témoin de leur mariage) n’est autre que le Christ.

Le plus ancien texte en grec à leur sujet les décrit comme «erastai» (amants). Au 6ème siècle, le théologien chrétien orthodoxe Sévère d'Antioche expliquait déjà qu’«il ne faut pas séparer dans le discours ceux (Serge et Bacchus) qui ont été joints dans la vie». Dans le récit de leur vie écrit au 10ème siècle, Saint-Serge est décrit comme le «gentil compagnon et amant» de Saint-Bacchus.

Il y a vingt ans, dans sa thèse intitulée Le mariage de même sexe dans l’Europe pré-moderne, John Richard Boswell, historien à l'université de Yale, décrivait déjà les organisations dédiées au mariage homosexuel, l’existence d’un ordre crée pour unir les hommes, et de quelle manière les prêtres bénissaient ces unions.

Au 14ème siècle, il existait en Serbie un «office des unions de même sexe» qui mariait aussi bien deux hommes que deux femmes. On demandait au couple de poser la main droite sur l'Evangile pendant que chacun tenait une croix dans la main gauche. Après avoir embrassé l'Evangile, le couple échangeait un baiser, puis le prêtre célébrait l'eucharistie, avant de les faire communier.

En France, à la fin du Moyen-Âge, existait un contrat «d'affrèrement» qui ne pouvait être signé qu'entre deux hommes. Ces «pacs médiévaux» devaient être conclus devant un notaire et des témoins. Ils étaient destinés aux hommes qui se promettaient de vivre ensemble et qui partageaient «le pain, le vin, et la bourse», en référence à la communauté de biens. Selon John Richard Boswell, on recense des unions homosexuelles chrétiennes jusqu'au 18ème siècle.

Rien n’empêcherait l’Eglise d’accepter le système à nouveau. Cependant, ce n’est pas la première fois que l’Eglise perd la mémoire quand ça l’arrange. Le problème théologique pourrait être levé dès lors que la jurisprudence existe déjà.

 

 

11:49 Écrit par Daniel

02/04/2012

.

FACEBOOK LANCE GFACEBOOK

 

Le plus grand réseau social du monde vient d’annoncer qu’il compte lancer une version gay de son site. Facebook s’apprête à inaugurer «GFacebook» mais dans un but non social mais commercial, avec à la clé des annonces publicitaires adaptées.

Réservé aux adultes, ce site devrait réduire la censure sur les photos postées qui pourront être plus explicites. Il sera possible de fournir plus de renseignements personnels sur ses goûts et ses envies. GFacebook permettra de synchroniser ses informations et ses contacts avec des sites de drague comme Grindr ou Gayromeo. De quoi ravir les gays en quête du grand amour comme les obsédés de la chose.


Seul ombre au tableau, le site a annoncé que les profils identifiés comme gay seraient basculés automatiquement vers ce nouvel univers grâce à un logiciel développé en secret.

Inspiré du «Gaydar» créé par des étudiants du Massachusetts Institute of Technology, l'algorithme sur lequel s'appuiera GFacebook croisera les milliards de données personnelles transmises par les utilisateurs pour deviner qui est homosexuel ou pas.  On tiendra compte du sexe des amis Facebook, des abonnements à des pages LGBT, des goûts musicaux (Kylie Minogue, Britney Spears…), des films préférés (Brokeback Mountain, …) et de l'apparence des photos publiées sur les comptes (bisous, postures explicites,…).

 

De quoi "purger" Facebook et le rendre plus "moral" comme l’aime tant les Américains majoritairement puritains. De quoi aussi ghettoïser les gays...

Ca va donc trembler dans les gays chaumières… Une page de réclamation a déjà été créée. Sur ma page, pas de Britney, Brokeback, rien de gay a première vue mais on ne sait jamais. Suis curieux…

 

 

08:24 Écrit par Daniel