24/02/2012

.

L’UNIVERSITE PONTIFICALE CATHOLIQUE DU PEROU REJETTE L'ULTIMATUM DU SAINT-SIEGE

 

Après l’injonction du Saint-Siège de se conformer à la constitution apostolique Ex corde Ecclesiae, l’Université pontificale catholique du Pérou (PUCP) a fait savoir mercredi dans un communiqué que l’assemblée universitaire avait déjà rejeté toute modification de ses statuts en septembre dernier. Elle avait jugé qu’une telle modification irait contre son autonomie.

 

Selon l’Université, cette décision n’est pas mentionnée dans les conclusions de la Secrétairerie d’État remises par le cardinal Tarcisio Bertone à son recteur, Marcial Rubio Correa, lors de leur rencontre mardi.

 

« Notre Université est régie par la constitution politique du Pérou, la législation péruvienne et son statut. La PUCP n’a pas reçu les conclusions du rapport du visiteur apostolique, le cardinal Peter Erdö, ni la réponse du Saint-Siège aux propositions formulées », précise le communiqué.

 

Mardi, le cardinal Bertone, avait donné jusqu’au 8 avril aux responsables de la PUCP pour conformer les statuts de leur université à la constitution apostolique Ex corde Ecclesiae promulguée par Jean-Paul II en 1990.

 

Rome demande notamment que ce ne soit plus l’assemblée universitaire de la PUCP qui désigne le recteur mais que celle-ci fournisse une liste de trois noms parmi lesquels le chancelier de l’université (l’archevêque de Lima) devrait choisir le recteur. Or la PUCP est conflit ouvert avec l’actuel archevêque, le cardinal Thorne, issu de l’Opus Dei.

 

Face au blocage, le Saint-Siège avait désigné le cardinal Erdö comme visiteur apostolique mais sa visite, en décembre avait tourné court, devant l’intransigeance des responsables de la PUCP. Son recteur avait ensuite été convoqué à Rome.

 

Si elle ne se soumet pas à Rome, la PUCP pourrait notamment perdre le droit de porter les qualificatifs de « catholique » et « pontificale » accordés par Pie XII en 1942.

 

L’incident rappelle les démêlés de l’Université catholique de Louvain avec le Saint-Siège au sujet de manipulations génétiques ainsi que celles de Mgr Léonard avec la justice pour une étude qui aurait été commanditée par ses services et non rétribuée par la suite. Il semble que le terme « catholique » accolé aux écoles et instituts supérieurs ait depuis longtemps perdu son triple A.

 

 

15:07 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.