12/12/2011

.

BELGIQUE : LA DESOBEISSANCE DES PRETRES AUTRICHIENS FAIT DES VAGUES

 

La vague de contestation dans l’Église gagne la Belgique après les Autrichiens, les Irlandais et autres nationalités. Plus de 50 prêtres et laïcs flamands ont publié un manifeste dans lequel ils invitent leurs évêques à des réformes urgentes.


Comme dans « l’Appel à la désobéissance de 400 prêtres autrichiens », ils revendiquent aussi l’accès à la communion pour les divorcés remariés, l’ordination d’hommes et de femmes mariés et l’accès des laïcs à la prédication des homélies.


« Une communauté ecclésiale organisée reste nécessaire, écrivent-ils. Mais sa forme actuelle ne correspond plus aux réalités actuelles parce que tant pour son organisation en paroisses que pour l’exercice de ses missions, elle laisse encore tout reposer sur le sacerdoce réservé aux seuls hommes, célibataires de surcroît. Et comme le déficit en vocations est loin de s’inverser, il faut trouver de nouvelles voies pour sortir de l’impasse. »

 

Le lancement du manifeste revient au P. Johan Dekimpe, prêtre de Courtrai, âgé de 69 ans, rejoint par quelques confrères et par une poignée de laïcs.

 

Fin novembre, 5 500 personnes avaient signé leur manifeste dont des prêtres et des laïcs ainsi que des personnalités comme Roger Dillemans, recteur émérite de l’université catholique de Louvain et Paul Breyne, gouverneur de Flandre-Occidentale.

Tous se disent convaincus de pouvoir recueillir un ample soutien dans les diocèses du pays. « Nous sommes également convaincus, écrivent-ils, que, si en tant que croyants, nous prenons la parole, les évêques écouteront et seront prêts à promouvoir un dialogue sur ces réformes nécessaires et urgentes. »

En Irlande, plus d’un prêtre sur dix a rejoint l’association des prêtres catholiques, un groupe de prêtres irlandais qui réclament des « changements radicaux » au sein de l’Église, sans toutefois appeler à une rébellion ouverte.


Sans trouver un écho aussi large, ce mouvement a gagné la France où une vingtaine de prêtres du diocèse de Rouen a rejoint l’appel des Autrichiens.

 

Même si les défections font toujours désordres, celles-ci représentent qu’une goutte dans la mer au vu du nombre de prêtres restés fidèles aux directives du Vatican. Le problème se pose davantage en termes de pratiquants qui ne pourront probablement augmenter de façon significative qu’en cas de grosse catastrophe…

 

Il est étonnant que cette contestation arrive si tard. Il y a quelques années déjà, Eugen Drewermann, avait tiré la sonnette d'alarme et le besoin urgent de réformes. Ses ouvrages avaient rencontrés un grand succès public mais aucun dans l'Eglise si ce n'est sa mise à l'écart.

 

 

09:44 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.