02/12/2011

.

VATICAN : LES TEXTES DU PAPE VISES PREALABLEMENT 

Dans une lettre adressée aux différents chefs des dicastères et des services de la Curie romaine, Mgr Giovanni Becciu, substitut de la Secrétairerie d’État, vient de préciser la procédure de diffusion des textes signés par le pape. Portant sur « les principes qui régissent la divulgation, par les moyens de communication sociale du Saint-Siège, des textes pontificaux », la lettre met en lumière certains problèmes récurrents de communication interne au sein de l’administration vaticane.

Le substitut de la Secrétairerie d’État, demande que les textes signés par le pape mais préparés dans les différents services de la Curie soient envoyés à la Secrétairerie d’État « avec une avance raisonnable par rapport à la date prévue pour la divulgation » en vue d’une révision attentive du contenu. C’est la Secrétairerie d’État  qui se chargera ensuite d’en effectuer la distribution aux différents médias du Vatican.

Le substitut  précise que cette procédure « a pour principal objectif la défense de l’intégrité du magistère pétrinien qui pourrait être lésée par la mise en circulation de textes non encore révisés ou indûment divulgués avant l’échéance de l’embargo sur leur publication ».

Il semble que cette lettre ait été principalement motivée par l’erreur récente d’un organe de presse du Saint-Siège. Le 19 octobre, le Vatican Information Service, agence de presse liée au Bureau de presse du Saint-Siège, avait publié par erreur de larges extraits du Message du pape pour la prochaine Journée mondiale des migrants et réfugiés, et cela six jours avant sa publication officielle.

Selon Sandro Magister, elle interviendrait également en réaction à la récente note publiée par le Conseil pontifical Justice et Paix en matière de finance internationale, sous le feu des critiques jusqu’à l’intérieur du Vatican. Cette note ne portait toutefois pas la signature de Benoît XVI, ce sur quoi le Bureau de presse du Saint-Siège, lors de sa présentation, avait particulièrement insisté.

Voilà une information plutôt rassurante au regard des nombreuses bourdes que le Vatican a commis depuis l’arrivée au pouvoir du pape. Cependant, cette mesure aurait du être prise depuis le début.

 

 

REFUS DE L’AVAL DES LEBVRISTES  AU PREAMBULE  DOCTRINAL DU VATICAN

Selon Mgr Fellay, le « Préambule doctrinal » soumis par le Vatican à la mi-septembre 2011 en vue d’un retour des traditionalistes dans la pleine communion avec l’Eglise catholique ne peut recevoir, en l’état, l’aval de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X (FSSPX).

Dans cette interview, diffusée par le site d’informations de la Fraternité, Mgr Fellay a alors annoncé qu’il ferait ces prochains jours une proposition aux autorités romaines et que la réponse du Vatican permettrait aux lefebvristes « d’évaluer les possibilités qui (leur) sont laissées ». Et d’ajouter: « quel que soit le résultat de ces entretiens, le document final qui aura été accepté ou refusé, sera rendu public ». De sources vaticanes, écrit l’agence de presse I.Media, la réponse de Mgr Fellay devrait intervenir avant Noël.

Il a tenu à préciser que les deux années d’entretiens théologiques entre Rome et la Fraternité avaient permis aux théologiens de la Fraternité « d’exposer sans détours les points principaux du Concile qui font difficulté à la lumière de la Tradition de l’Eglise ». Mgr Fellay souligne que ce sont « des divergences doctrinales qui sont à l’origine du différend entre Rome et nous, depuis 40 ans; les mettre de côté pour obtenir un statut canonique nous exposerait à voir les mêmes divergences resurgir inévitablement, rendant le statut canonique plus que précaire, tout simplement invivable ».

L’évêque traditionaliste condamne aussi  l’opposition « sourde mais efficace » des évêques à l’égard du « Motu Proprio » (lettre apostolique) de Benoît XVI pour la libéralisation de la messe de Saint Pie V selon le rite tridentin, ni de regretter « la chute dramatique des vocations » dans les pays anciennement chrétiens. Il la met sur le compte de « la stérilité de 50 ans d’ouverture au monde moderne ».

Quand on dit que le loup est rentré dans la bergerie… Et dire que nous aimons tous le même Dieu.

 

 

LE PAPE ET LA CEINTURE DE SECURITE

Selon le journal «Westfälische Rundschau », l’avocat Johannes Christian Sundermann a été chargé par un mandataire de dénoncer « Monsieur Joseph Ratzinger » à la justice pour ne pas avoir respecté à plusieurs reprises l’obligation d’attacher sa ceinture dans sa papamobile à Freiburg, lors de sa visite en Allemagne fin septembre.  

Il a cité comme témoins l’archevêque Robert Zollitsch, président de la Conférence épiscopale allemande, et le ministre-président du Bad-Württemberg Winfried Kretschmann.  

Heureusement que le ridicule ne tue pas. 

 

 

 

16:39 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.