19/11/2011

.

TINTIN, UN HEROS CATHOLIQUE ? 

Sous le titre « Un héros catholique », Tintin a fait la une de « L’Osservatore Romano ».

Le quotidien a reproduit l’article de l’écrivain français Denis Tillinac dans son « Dictionnaire amoureux du catholicisme » (Plon, 2011). Il en ressort que Tintin, en dépit du « relativisme » professé par Hergé, défend la veuve et l’orphelin, lutte contre les dictatures et « réunit avec candeur les vertus qu’on s’efforce d’inculquer au catéchisme ».

Voyant en lui un représentant de l’« humanisme chrétien », le journal y passe en revue les études universitaires qui lui ont été consacrées. Il souligne aussi sa prise de distance avec les représentants du fascisme belge et insiste sur les « racines chrétiennes, devenues valeurs universelles » qui animent l’action du héros en faveur des plus faible.  L’article encense également l’adaptation cinématographique de Spielberg qui « a mis toute son âme dans ce film ».   

Autant Harry Potter était critiqué, autant Tintin est encensé. Quand on connaît la vie d’Hergé qui a été racontée au travers de nombreux livres et documentaires, il est vrai que le créateur de Tintin a été très influencé par la religion catholique. L’abbé Wallez, d’obédience traditionnaliste voir intégriste, est considéré comme le père spirituel de sa jeunesse.   

Evoluant dans un milieu proche de l’extrême droite sans pour autant avoir collaboré avec l’envahisseur nazi, le créateur de Tintin a été accusé de tendances antisémites et racistes dans deux ouvrages principalement, Tintin au Congo et L’étoile mystérieuse. La réalité est surement plus complexe.  

Le rexiste Léon Degrelle a affirmé avoir servi de modèle à Hergé pour son Tintin reporter. Comme la une de l’Osservatore Romano, il semble qu’une telle affirmation relève davantage de la récupération. C’est souvent le lot des héros.  

Au début du pontificat de Benoît XVI, certains journalistes ont voulu monter en épingle le fait que le pape avait fait partie des jeunesses hitlériennes alors qu’il ne s’agit que d’une erreur de jeunesse. Beaucoup de jeunes à l’époque en faisaient partie. Cependant, n’oublions pas que c’est grâce à ce pape que la tendance lefèvriste, tel l’enfant prodige, est de retour au bercail…   

En ce qui me concerne, je n’y vois qu’un héros sympathique auquel il arrive des aventures palpitantes qui ont contribué à former ma jeunesse. Rien de plus !

 


 

 

 

08:18 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.