08/08/2011

.

INVIOLABILITE DU SECRET DE LA CONFESSION MALGRE LA LOI IRLANDAISE

Pour le Vatican le secret de la confession récemment mis en cause par le 1er Ministre irlandais n'est pas négociable. Dans les colonnes d'"Il Foglio", Mgr Girotti, du tribunal de la Pénitencerie apostolique, confirme l'inviolabilité de ce secret.

Le 14 juillet, le 1er ministre irlandais, Enda Kenny, a annoncé une nouvelle loi. Cette loi prévoit pour les prêtres une peine d'emprisonnement qui peut aller jusqu'à cinq ans, dans le cas où ils n'informeraient pas l'autorité civile pour des abus sexuels appris en confession.  

Mgr Girotti précise que les évêques et les prêtres ont le devoir de lutter par tous les moyens contre les abus sexuels commis sur des mineurs. Mais cela ne les dispense pas de l'obligation de respecter le secret de la confession. Pour les prêtres, c'est une interdiction absolue de ne pas divulguer à des tiers ce qu'ils entendent en confession. La violation du secret de la confession conduit automatiquement à l'excommunication. 

Néanmoins, je me mets à la place du confesseur qui entend un tueur en série dénoncer ses crimes. Es-ce responsable de le laisser en liberté et ainsi continuer à tuer ?  La logique voudrait que la confession bénéficie d’exceptions « exceptionnelles » comme les crimes et les viols dès lors qu'il y a danger immédiat pour la société.

 

 

09:16 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.