01/07/2011

.

CANADA : PRECISIONS SUR LA NOTION D’HOMOSEXUALITE

Après un premier document publié en début d'année sur la chasteté, les évêques catholiques du Canada se penchent sur la question de l'homosexualité. Le texte de huit pages publié le 27 juin et intitulé "Le ministère pastoral auprès des jeunes ayant une attirance pour les personnes du même sexe" entend offrir des principes généraux et des balises pastorales à tous les catholiques confrontés à cette question.

Tout en restant fermes sur leur opposition à l'homosexualité et en rejetant la culture gay, les évêques canadiens insistent sur le respect des personnes. Ils refusent d'utiliser les termes gay et lesbienne parce qu'en réduisant la personne à son orientation sexuelle, ils n'évoquent pas sa plénitude. Ils n'entrent pas non plus sur les origines ou causes de l'homosexualité et reconnaissent selon les termes du catéchisme de l'Eglise catholique que "sa genèse psychique reste largement inexpliquée".

Le document rappelle la différenciation des sexes et la complémentarité voulue entre eux dans le plan de Dieu : "Les relations sexuelles entre personnes de même sexe ne correspondent pas à l'intention originelle de Dieu". "C'est pourquoi l'Église a toujours enseigné qu'on ne peut en aucun cas approuver les actes homosexuels."

Cependant, les évêques insistent sur la distinction entre une inclination et les actes : "Dans la mesure où l'attirance homosexuelle n'est pas librement choisie, elle n'entraîne aucune culpabilité personnelle. Toutefois, dans la mesure où elle incline à une activité génitale, elle est « objectivement désordonnée ». Ceci ne signifie pas que la personne dans son entièreté soit déficiente ou « contrefaite », ni qu'elle ait été de quelque façon rejetée par Dieu.

L'inclination à poser des gestes homosexuels ne diminue en rien la pleine dignité humaine et la valeur intrinsèque de la personne. Pour bien des gens, l'attirance homosexuelle est une épreuve. Les pasteurs se doivent donc de les approcher avec beaucoup de prudence et de charité", notent les évêques.

La promotion de la chasteté est la réponse proposée par les évêques : "Pour les jeunes qui vivent une attirance homosexuelle et pour qui le mariage n'est pas une option, choisir la chasteté comme valeur positive constitue un défi d'autant plus grand qu'il est constant. Il faut les encourager à vivre leur célibat chastement, [...] même si répondre généreusement à cet appel à la chasteté ne va pas sans souffrances et sans difficultés."

Le document exhorte toutes les personnes actives dans la pastorale à "veiller tout particulièrement à ne pas perpétuer en paroles ou en actions l'injustice, la haine ou la violence à l'encontre des personnes ayant des tendances homosexuelles - ce qui se produit malheureusement encore trop souvent parmi nous".

Les évêques estiment également "nécessaire de comprendre les énormes pressions auxquelles ils sont souvent soumis : discrimination injuste, impression d'être invisibles et isolés, ignorance de la situation qui est la leur. Nous déplorons ces attitudes et ces façons d'agir". Les parents et les familles sont eux aussi invités fermement à éviter tout réflexe de rejet et de mise à l'écart. Aux éducateurs, les évêques recommandent d'aider les jeunes à "éviter de s'engager dans une 'culture gay' contraire à l'enseignement de l'Église, avec son style de vie souvent agressif et immoral."

 


Bref, rien de nouveau sous le soleil si ce n'est une meilleure compréhension de la détresse de certaisn gays. Officiellement, l’Eglise catholique se bouche toujours les oreilles souhaitant que les gays optent pour une sexualité hétéro ou se privent totalement de sexualité. Excessif.

Cependant, il ne s’agit que d’un document officiel. Sur le terrain, de nombreux prêtres demeurent ouverts sur le sujet tant qu’il n’y a pas une volonté nette d’offenser Dieu et qu’il n’y ait pas de satisfaction sexuelle purement égoïste.

Cette fois-ci, on ne va pas se plaindre que l’Eglise ferme les yeux…. Que chacun fasse selon sa conscience.

En tant que cathogay, tant qu'on ne porte pas atteinte à la liberté d’autrui et qu'on ne lui manque pas de respect, il n’y a pas de mal à avoir une sexualité épanouie et partage. Arrêtons de dramatiser des choses sans conséquence. La sexualité relève du jardin secret.

Alors que l’Eglise évoque la loi naturelle à tour de bras, il est paradoxal de vouloir s’opposer à l’appel de cette même nature lorsqu’elle s’exprime via le désir sexuel.

 

RUSSIE : DES ORTHODOXES POURSUIVENT COCA-COLA EN JUSTICE

Des fidèles orthodoxes de Nijni Novgorod (Russie centrale) poursuivent la firme Coca-Cola pour une publicité jugée « blasphématoire », affichée en 2007. Ils exigent près de cent mille euros de préjudice moral. La justice russe se prononcera tout prochainement.

En cause, une publicité affichée sur des distributeurs de boissons qui représentait des bouteilles de Coca-Cola renfermant l'image d'églises russes avec la croix orthodoxe.

Une plainte a été signée par 440 fidèles. Coca-Cola avait alors enlevé les publicités contestées. Les croyants y voyaient une insulte faite aux trésors orthodoxes et nationaux du peuple russe par une compagnie américaine.

Vu que le fait d’avoir retiré les publicités ne suffit pas, il semble qu’il ne s’agit donc que d’une question d‘argent....

 



10:16 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.