27/06/2011

.

FRANCE : CHRISTINE BOUTIN, LA POLITIQUE ET LES GAYS

Dans une interview au journal Metro du 23 juin relatant des propos tenus via un chat de discussion, Christine Boutin, Présidente du Parti Chrétien Démocrate, est revenue sur sa candidature aux élections présidentielles de 2012 ainsi qu'à son opinion sur les gays.

Partisane d’une société plus humaine face aux enjeux économiques, elle dit n’avoir subi aucune pression pour ne pas se présenter. Quand à sa candidature, elle n’a suscité quasi aucune réaction si ce n’est des hommes politiques de seconde zone. Il est vrai que son électorat se limite à un peu plus d’un pourcent des votes aux dernières élections présidentielles.

A la question de savoir pour quelles raisons elle dit défendre les minorités dont les pauvres alors qu’elle s’acharne sur les gays, elle répond :

« Je n'ai rien contre les homosexuels. Chacun vit comme il peut et comme il veut. Ils doivent avoir les mêmes droits que les hétérosexuels. Je l'ai déjà dit lors de la discussion sur le PACS en déposant à l'Assemblée des amendements qui rétablissaient l'égalité des droits pour tous, mais sans créé de statut particulier pour les homosexuels (il est amusant de constater aujourd'hui que le PACS est utilisé par 96% d'hétérosexuels). Si je suis contre le mariage homosexuel, c'est parce que je sais que derrière, il y a la demande d'adoption. Or, défendant les plus faibles, je crois qu'un enfant a besoin, pour atteindre les meilleures conditions de son épanouissement, d'un papa et d'une maman. »

Pour elle, la procréation est liée à la parentalité sans pour autant lier obligatoirement la sexualité à la procréation.

Alors que l’on attend d’un candidat portant les valeurs chrétiennes comme un étendard qu’il montre l’exemple, on se souvient que C. Boutin avait fait scandale pour avoir touché 9500 euros pour une étude sur la mondialisation tout en étant députée. Le paradoxe veut que son programme souhaite mettre un terme aux largesses de la République française vis à vis des nantis. Dans l’interview, elle dit n’avoir touché aucun centime pour l’étude et accuse x d’avoir voulu la déstabiliser.

Quand à la probable nécessité de devoir se rallier à Nicolas Sarkozy au deuxième tour, elle pense raisonnablement ne pas être au second tour mais peut faire pencher la balance du côté de N. Sarkozy.

Lors de l’annonce de sa candidature, elle a expliqué qu'elle se faisait un devoir de défendre la dignité de l'Homme dans toutes ses dimensions et de promouvoir un modèle de société où l'Homme sera élevé au dessus des autres forces qui l'assujettissent ou projettent de le faire. Elle a ajouté qu’elle se fait un devoir de défendre prioritairement les plus faibles, soient les valeurs de la vie et de défendre les valeurs de la famille.

Il faut croire que peu de catholiques croient en elle vu le faible résultat qu’elle a obtenu aux dernières élections présidentielles. Quant aux gays, ils semblent ne pas faire partie des plus « faibles » et « minorités »…. Une contradiction de plus pour une candidate qui ne doit son aura qu’aux médias habitués à ériger des statues aux troisièmes couteaux. Foi et politique ne font décidemment pas bon ménage. Pour ma part, je la trouve aussi crédible qu'un poisson rouge.

 


11:28 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.