19/06/2011

.

UN CHRETIEN TUE TOUTES LES CINQ MINUTES 

Toutes les cinq minutes dans le monde, un chrétien est tué à cause de sa foi", a déclaré le sociologue italien Massimo Introvigne, lors de son intervention à la conférence sur le dialogue interreligieux entre chrétiens, juifs et musulmans, à Gödollö (Budapest), organisée les 2 et 3 juin derniers par le ministère de l'administration publique et de la justice de Hongrie et le Conseil de l'Union européenne.

D'après lui, représentant de l'organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe pour la lutte contre l'intolérance et la discrimination contre les chrétiens, 105.000 chrétiens sont tués chaque année dans le monde au seul motif de la foi qu'ils professent.

Autant on nous casse les oreilles pour l’affaire DSK, autant ce sujet est rarement évoqué dans les journaux télévisés si ce n’est au travers d’une évocation de ce que se passe par exemple en Turquie. 

 

A l'exception des pays comme la Chine où les droits de l'homme sont bafoués, la déchristianisation croissante joue aussi son rôle comme la multiculturalité des sociétés qui se développe de plus en plus et contribue à voir s’accroître de nouvelles pratiques. Au fil des rues, le voile chrétien à désormais été remplacé par le voile musulman.

 

 

liberte-religieuse.jpg

 

PRIX RATZINGER REMIS A TROIS THEOLOGIENS 

Le laïc italien Manlio Simonetti, le prêtre espagnol Olegario González de Cardedal et le cistercien allemand Maximilian Heim ont été choisis pour bénéficié du prix attribué par la Fondation vaticane Joseph Ratzinger-Benoît XVI, fondée en mars 2010 par Benoît XVI. Une théologie ancrée dans la réalité a déterminé le choix du comité scientifique de la fondation.  

Le Prix s’élevant à 50.000 euros pour chaque lauréat sera remis par le pape le 30 juin en la salle Clémentine du palais du Vatican, au cours d'une cérémonie qui prévoit une lectio du Père Heim et un discours du pape. 

Le prix a pour but de récompenser l'excellence, peu importe que les candidats soient célèbres. Il suffit que leurs travaux soient prometteurs. D’autre part, ce n'est pas une obligation qu'ils soient catholiques. Ils peuvent être d'autres confessions chrétiennes, pourvu que leurs travaux convergent sur les fondamentaux des autres confessions. 

A propos de Manlio Simonetti, laïc italien de 85 ans, il représente l’une des principales autorités en matière de recherche sur le christianisme primitif. 

Le P. Olegario González de Cardedal, prêtre espagnol et professeur de théologie systématique, est âgé de 76 ans, il a enseigné à l'Université catholique de Salamanque. Membre de la Commission théologique internationale, il a principalement travaillé sur la Trinité et la christologie, sur les rapports entre théologie et anthropologie, et en particulier sur la confrontation entre foi et incroyance. 

Le P. Maximilian Heim, 50 ans, bavarois, est l'abbé de l'abbaye cistercienne de Heiligenkreuz,en Autriche, et professeur de théologie fondamentale et dogmatique. Il est membre du nouveau cercle des étudiants de Joseph Ratzinger, dont il supervise la publication des oeuvres complètes. 

Le but du Prix est de susciter un engagement dans les études de théologie qui soit ouvert à tous les baptisés et aussi de faire en sorte que le savoir théologique retrouve sa place parmi les autres savoirs comme le savoir scientifique et artistique. 

Au vu des positions expertes et tranchées du pape dans ce domaine, je doute que la fondation innove beaucoup et tente l’aventure d’une théologie à la Hans Kung d’autant que l’âge des lauréats est plutôt élevé. Le fait de récompenser l'un des anciens étudiants du pape est assez éclairant.

 

Maximilian Heim

 

06:16 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.