01/04/2011

.

LOURDES : NOUVELLE GUERISON MIRACULEUSE

 

« On peut voir dans cette guérison une prévenance particulière de la Vierge Marie à l'égard de cet homme » a reconnu Mgr Emmanuel Delmas, évêque d'Angers. "En tant qu'évêque du diocèse d'Angers, où réside M. Serge François, j'ai aujourd'hui la responsabilité de faire connaître l'interprétation que l'Eglise se juge autorisée à donner à cette guérison subite, inattendue et durable.


Cette interprétation s'appuie sur le témoignage donné par M. Serge François lui-même, à la suite de l'événement survenu pour lui, à Lourdes, le 12 avril 2002. Elle comporte une lecture et une compréhension de ce témoignage à la lumière de la foi.".

 

Il souffrait des suites d'une opération pour une hernie discale en 1997. Sa jambe gauche était paralysée et il suivait un traitement antalgique lourd quotidien. Hospitalier à Lourdes depuis 1992, il s'est rendu aux sanctuaires en tant qu'hospitalier malade en 2002.

 

Après avoir assisté à la procession mariale depuis la chambre de son hôtel, il repart pour la Grotte s'agenouiller et fait le signe de la Croix. Aux fontaines, après avoir bu et s'être lavé le visage, il se sent pris "comme dans un tourbillon" et tombe sur le sol. La douleur qui le fait crier est suivie d'une sensation de bien-être. Le lendemain, il se réveille en pleine forme. Depuis, en guise de remerciement, il a fait le pèlerinage de St-Jacques de Compostelle.

 

Vu le temps qu’à mis l’Eglise catholique pour reconnaître le miracle, il n’y a plus de doute sur le sérieux de l'histoire. A la vision du témoignage de celui qui en a bénéficié, il y en a encore moins. La seule question est de savoir pourquoi lui et pas un autre ? Est-il plus méritant ou plus pieux qu'une autre personne ? Mystère. Dieu paraît-il ne juge personne en terme de mérite. Cependant, le geste est d’autant plus beau parce qu’il est rare.

 

Pour ma part, j’aimerais tant qu'Il me fasse signe plus souvent comme un père prend des nouvelles de son fils, à moins que mes sens ne sont pas suffisamment aiguisés pour le percevoir, tout en sachant que conformément à la Bible, on ne peut pas réclamer de manifestations divines.

 

Reste que cela me donnerait parfois plus de courage pour continuer à vivre ma foi. Le silence de Dieu est parfois pesant même s’il semble qu’une « puissance » intervient au travers des autres lorsque je souffre intérieurement. Sans le vouloir, je demeure sensible aux signes alors que d’autres comme des prêtres avec qui j’en ai discuté ne s’en soucient pas. C’est une chose que j’ai toujours eu du mal à comprendre.

 

Quand on croit en Dieu, on croit aux puissances invisibles alors pourquoi être si désinvolte ? Comme si la foi n’était qu'humaine.  

 

 


 

 

 

08:26 Écrit par Daniel

Les commentaires sont fermés.