03/09/2012

.

DECES DU CARDINAL PROGRESSISTE CARLO MARIO MARTINI

 

Le cardinal Carlo Mario Martini vient de décéder des suites de la maladie de Parkinson. Alors que des milliers de fidèles sont venus lui rendre hommage à la cathédrale de Milan, une interview posthume de ce progressiste de l'Eglise catholique a été publiée samedi.  

 

Selon lui : « L’Eglise a 200 ans de retard. Pourquoi ne se réveille-t-elle pas ? Avons-nous peur ? » s’interroge t-il dans une interview accordée au Corriere della Sera.

 

Durant toute sa carrière, il a prôné une ouverture de l'Eglise au monde ce qui lui a peut-être empêché de devenir pape comme ses problèmes de santé. Les votes sont allés au pro traditionnaliste Benoît XVI.

 

Né à Turin le 15 février 1927, il était jésuite, spécialiste de la Bible et réputé pour la finesse de ses analyse. Il fut désigné en 1969 recteur de l’Institut biblique jusqu’en 1978 où il rejoint l’Université pontificale grégorienne.

 

Auteur d’une dizaine de livres, il fut archevêque de Milan pendant 22 ans, nommé par son ami, Jean-Paul II. Lors de son départ à la retraite en 2002, il annonce sa maladie et son projet de partir à Jérusalem. Il reviendra en 2008 dans une maison d’études des jésuites, au nord-ouest de Milan.

 

Progressiste, réformateur, parlant onze langues, il n’a cessé de prôner le changement jusqu’à ce dernier entretien au Corriere della Sera : «  L’Eglise est fatiguée. Notre culture a vieilli, nos églises sont grandes, nos maisons religieuses sont vides et nos rites, nos coutumes sont pompeux ».

 

Il envisageait de lancer un Vatican III, estimant Vatican II dépassé. L’objectif était de réviser les dogmes obsolètes et d'attirer de nouveaux fidèles. Favorable au préservatif dans certains cas et à l’émancipation des femmes, il appelait l’Eglise à revoir son approche du divorce et souhaitait la reconnaissance des familles recomposées lorsque le mari a abandonné sa famille.

 

En matière de pédophilie et d’abus sexuels au sein du monde ecclésiastique, il déclare : « l’Eglise doit reconnaitre ses erreurs et prendre la voix radicale du changement, à commencer par le pape et les évêques ». Le cardinal estimait qu’une évolution dans le domaine du célibat des prêtres était possible.

 

Benoit XVI a salué l’homme pour son « service généreux de l’Evangile » et a rendu hommage à « l’intense œuvre apostolique ». Le porte-parole du Vatican, lui-même jésuite, parle « d’un héritage précieux ».

 

La finesse de ses analyses faisait que sa voix était très écoutée. Pour le président ex-communiste Giorgio Napolitano c'est « une grande perte non seulement pour l’Eglise et le monde catholique mais pour l’Italie ». En rappelant aussi ses « suggestions chaque fois lumineuses et concrètes » notamment en matière d’immigration.

 

L’Assemblée des rabbins d’Italie a salué son engagement « pour le dialogue avec tous les croyants et non croyants ». L’association italienne Gay Center a estimé avoir perdu « un important protagoniste » dans le débat sur leurs droits.

 

Ses obsèques ont lieu aujourd’hui à Milan. La mairie milanaise a décrété une minute de silence pour lui rendre hommage.

 

Rendons grâce à Dieu pour la clairvoyance du cardinal Martini et regrettons le manque de courage des cardinaux d’élire un pape progressiste. Il sans est fallu de peu que Jean-Paul Ier le fasse mais sa mauvaise santé l’en a empêché.

 

Aujourd’hui, il ne suffit plus d’avoir la grâce. Il faut mettre tous les moyens en œuvre pour attirer les vocations et nouveaux fidèles. Cas concret, j’éprouve des difficultés à trouver un confesseur qui coïncide avec mes heures de travail et quand j’en trouve, la confession s’éternise. Celle-ci sert à se faire pardonner nos pêchés et non à parler de la pluie et du beau temps...

 

 

 

 

 

09:33 Écrit par Daniel

01/09/2012

.

BEATIFICATION DE JEAN-PAUL Ier 

 

La béatification de Jean Paul Ier, pape durant 33 jours en 1978, pourrait avoir lieu dans les trois ans à venir, estime le vice-postulateur de sa cause Giorgo Lise. A l’occasion de l’anniversaire de l’élection d’Albino Luciani le 26 août 1978, le vice postulateur a estimé à la télévision italienne TV 2000 que la Congrégation pour les causes des saints pourrait proclamer les "vertus héroïques" de Jean Paul Ier d’ici au 100e anniversaire de sa naissance le 17 octobre 2012. 

 

Le procès de béatification de Jean Paul Ier a été ouvert en 2003 dans son diocèse natal de Belluno-Feltre en Vénétie. La phase diocésaine a été close en 2006. La suite de la procédure a été confiée aux instances du Vatican.

 

La reconnaissance basée sur la "positio" qui rassemble la biographie, les activités et les témoignages sur la personne concernée est la première étape vers la béatification. La reconnaissance d’un miracle demandé pour la béatification est également déjà en cours de procédure. Il s’agit de la guérison d’un employé de banque du sud de l’Italie d’un cancer de l’estomac obtenue par l’intercession de Jean Paul Ier.

 

 

Né le 17 octobre 1912 au sein d'une famille modeste de la région montagneuse de l'Italie du Nord, dans la province de Belluno, une région  qui donna six papes à l'Église catholique, le futur pape, surnommé "le pape au sourire", s’est efforcé d’humaniser la charge pontificale en gommant certains aspects jugés trop protocolaires liés à la charge pontificale. C’est ainsi qu’il s’exprimait à la première personne et refusa de paraître sur la Sedia gestatoria. A la tiare, il va préférer la mitre. Le 28 septembre 1978, il décède d'une crise cardiaque.

 

A l'époque de nombreux cardinaux se sont demandés quel était le signe que Dieu avait voulu leur transmettre dont le cardinal Ratzinger.

 

Depuis, les supputations vont bon train quant aux causes de sa mort dont un empoisonnement dans le but de mettre un terme aux réformes révolutionnaires qu’il comptait entreprendre. D’autres, considèrent que c’était une erreur de l’avoir choisi vu sa santé fragile et au regard de la charge écrasante du pape à l’époque qui assumait les charges spirituelles mais aussi administratives.

 

 

 

 

 

L’EX MAJORDOME DU PAPE LACHE PAR SON AVOCAT

 

L’ex majordome de Benoît XVI, Paolo Gabriele, est lâché par l’un de ses défenseurs, Carlo Fusco. L'avocat, ami d’enfance du majordome, a fait part de "divergences sur la ligne de défense".

 

Le majordome de Benoît XVI, principal suspect dans la fuite de documents confidentiels en provenance de l’appartement pontifical, devrait être jugé pour "vol aggravé" à l’automne prochain, en compagnie d’un complice, Claudio Sciarpelletti, un autre laïc employé au Vatican.

 

Mais selon l'agence de presse italienne ANSA, l’avocat qui a suivi Paolo Gabriele depuis son arrestation le 23 mai dernier ne défendra plus le majordome aujourd’hui assigné à résidence. L’avocat italien, qui a pour habitude de travailler avec le Tribunal du Vatican, a assuré ne pas avoir rompu ses liens d’amitié avec lui. Selon l’agence italienne, l’avocate Cristiana Arru, second défenseur de Paolo Gabriele, hésiterait elle aussi à rester aux cotés du majordome du pape à l’approche du procès.

 

Fin juillet, Carlo Fusco avait assuré à la presse italienne que son client avait agi seul et qu’il voulait "aider le pape". Il affirmait aussi que Paolo Gabriele s’était trompé "en toute bonne foi".

 

Il apparaît cependant désormais qu’il avait au moins un ou plusieurs complices. Le Bureau de presse du Saint-Siège n’a pas souhaité, pour l’heure, commenter ces informations.

 

Un procès qui ne va pas manquer d’alimenter les ragots, affaiblir encore un peu plus l’Eglise catholique et susciter les scénarios hollywoodiens.  

 

 

  

 

18:33 Écrit par Daniel

15/08/2012

.

LA PRIERE DE MGR VINGT-TROIS ET SES CONSEQUENCES

A l'occasion de l'Assomption, Mgr Vingt-trois a demandé à tous les diocèses de France de lire la prière suivante :

« Frères et sœurs,

En ce jour où nous célébrons l’Assomption de la Vierge Marie, sous le patronage de qui a été placée la France, présentons à Dieu, par l’intercession de Notre-Dame, nos prières confiantes pour notre pays :

En ces temps de crise économique, beaucoup de nos concitoyens sont victimes de restrictions diverses et voient l’avenir avec inquiétude ; prions pour celles et ceux qui ont des pouvoirs de décision dans ce domaine et demandons à Dieu qu’il nous rende plus généreux encore dans la solidarité avec nos semblables.

Pour celles et ceux qui on été récemment élus pour légiférer et gouverner ; que leur sens du bien commun de la société l’emporte sur les requêtes particulières et qu’ils aient la force de suivre les indications de leur conscience.

Pour les familles ; que leur attente légitime d’un soutien de la société ne soit pas déçue ; que leurs membres se soutiennent avec fidélité et tendresse tout au long de leur existence, particulièrement dans les moments douloureux. Que l’engagement des époux l’un envers l’autre et envers leurs enfants soient un signe de la fidélité de l’amour.

Pour les enfants et les jeunes ; que tous nous aidions chacun à découvrir son propre chemin pour progresser vers le bonheur ; qu’ils cessent d’être les objets des désirs et des conflits des adultes pour bénéficier pleinement de l’amour d’un père et d’une mère.

Seigneur notre Dieu, nous te confions l’avenir de notre pays. Par l’intercession de Notre-Dame, accorde-nous le courage de faire les choix nécessaires à une meilleure qualité de vie pour tous et à l’épanouissement de notre jeunesse grâce à des familles fortes et fidèles. Par Jésus, le Christ, Notre Seigneur. »

Les associations gay ainsi que la presse en font leurs choux gras alors que le gouvernement socialiste s'apprête début 2013 à faire voter une loi pour le "mariage" gay.

Pour ma part, la position de l'Eglise catholique pour le mariage traditionnelle n'est pas une surprise. Le pape ne cesse de le redire dans ses homélies. Rien de nouveau sous le soleil.

Mgr Vingt-trois ne fait que redire une position bien connue. Je m'interroge davantage par rapport à la réaction de certains médias et associations gays qui en font tout un fromage. On accuse Mgr Vingt-trois de politiser le débat alors que je pense que c'est plutôt ses derniers qui le font.  

Après une période du tous contre Sarkozy, il semble que l'on assiste à une période du tous contre l'Eglise catholique.  Les positions se durcissent de toutes parts et le politiquement correct gangrène de plus en plus la société. Il devient impossible de critiquer un lobby sans se ramasser une volée de bois vert voir plus.

Alors que l'on pensait que la démocratie allait libérer la parole, c'est paradocalement l'inverse qui se produit. Alors que les gays acquièrent de nouveaux droits en Europe, une vague d'homophobie sévit dans plusieurs pays à moins que l'effet grossissant et la rapidité de l'information ne font que rapporter des faits qui ont toujours exister.

Au fil des élections, on constate qu'en Europe, l'extrême droite ou la nouvelle droite rallie de plus en plus de suffrages. Peut-être que trop de démocratie nuit à la démocratie et que trop peu de foi tue la liberté. A méditer.

 

11:24 Écrit par Daniel

07/08/2012

.

UNE NOUVELLE ENCYCLIQUE DE BENOIT XVI

 

Au début du mois, le cardinal Bertone, secrétaire d’État du Saint-Siège, avait laissé entendre que le pape publierait prochainement une nouvelle encyclique. Ce nouvel ouvrage théologique, consacré aux Évangiles de l’enfance du Christ pourrait être prêt à l’automne.  

 

Le Saint-Père a rédigé sa nouvelle encyclique durant ses vacances. La traduction est déjà en cours. 

 

Le pape complétera une trilogie entamée avec la publication, en avril 2007, d’un premier tome consacré à la vie du Christ depuis son baptême jusqu’à la Transfiguration. En mars 2011, il avait publié l’ouvrage sur le parcours du Christ de son entrée à Jérusalem jusqu’à sa Résurrection.

 

Jusqu’ici, Benoît XVI a écrit trois encycliques, Deus Caritas est,  (Dieu est amour, 2005), Spe Salvi  (Sauvé dans l’Espérance, 2007) et Caritas in veritate  (l’Amour dans la Vérité, 2009). Après l’Espérance et la Charité, vertus théologales, il y a beaucoup de chance que la prochaine encyclique portera sur la foi, la troisième de ces vertus.

 

Alors que le matérialisme envahit la société de façon exponentielle, le thème de la foi est le sujet d'actualité par excellence. 2012 est aussi l’année des cinquante ans de Vatican II où Benoit XVI était considéré comme un progressiste... et tout ce qui n'a pas été concrétisé depuis.

 

En dépit des nombreuses critiques adressées à Benoit XVI, personne ne conteste le fait qu’il est un grand théologien et intellectuel. C’est d‘autant plus désespérant qu’il ne fasse rien pour faire progresser la cause homosexuelle, ne fut-ce qu’en reconnaissant la sexualité entre deux êtres de même sexe qui éprouvent de l’amour l’un envers l’autre…

 

 

08:09 Écrit par Daniel

30/07/2012

.

POLOGNE : REJET D’UN PARTENARIAT POUR LES COUPLES HOMOSEXUELS PAR LE PARLEMENT

 

L’Eglise catholique polonaise a salué le refus par le parlement d’un projet de la gauche en faveur d’un partenariat enregistré pour les couples homosexuels. La majorité des députés ont ainsi défendu "la dignité du mariage et de la famille", s’est félicité le président de la commission de la famille de la Conférence des évêques, Mgr Kazimierz Gorny, dans une lettre à la présidente de la chambre basse du parlement.

 

Le parlement polonais a refusé à une majorité des trois quarts une proposition de loi en faveur du partenariat homosexuel déposée par l’opposition de gauche. Les partis de la coalition gouvernementale conservatrice-libérale ainsi que l’opposition conservatrice ont argumenté leur non en se basant sur le droit constitutionnel. Le mouvement "Palikot" et les sociaux-démocrates voulaient un partenariat enregistré avec des droits étendus pour les couples hétérosexuels et homosexuels.

 

Cependant, le parti du Premier ministre Donald Tusk a annoncé qu’il préparait pour septembre une autre proposition de loi pour un partenariat enregistré. Selon les médias polonais, ce projet n’a pas suscité d’opposition au sein de son groupe parlementaire et pourrait ainsi rencontrer l’approbation d’une majorité des députés. Plus restrictif que celui de la gauche, il prévoit un droit d’héritage, mais pas d’avantages fiscaux liés à un système de splitting. Il envisage aussi un devoir d’entretien en cas de séparation. Ce partenariat serait ouvert aux couples hétérosexuels comme aux homosexuels.

 

Selon une étude, les deux-tiers des Polonais sont opposés à un partenariat enregistré pour les couples homosexuels. Ils seraient 23% à soutenir cette proposition. Une majorité des personnes interrogées est néanmoins favorable à un droit d’information du partenaire en cas de maladie, à des déductions fiscales sur le revenu et au droit d’héritage.

 

Jean-Paul II continue manifestement de laisser une marque profonde dans la société polonaise. On imagine ce que pensent les Polonais des couples homosexuels.  Ils les considèrent probablement comme des sous hommes.

 

Il semble qu’une dictature en a remplacé une autre. C’est aussi ce qui arrive à la suite du printemps arabe. Cela me fait penser à une citation de je ne sais plus qui disant que certains esclaves étaient fiers d’être sous le joug d’un grand dictateur. Un paradoxe. A croire qu’une privation de liberté éloigne tout envie d’être libéré.

 

 

 

08:39 Écrit par Daniel